top of page

Réutiliser à Peckham

Une solution alternative à
des problèmes locaux, 2017

Dans un monde de surconsommation, une pratique alternative qui réutilise des matériaux recyclés pour résoudre des problèmes locaux pourrait nous inciter de réfléchir davantage sur notre réalité. C'est ainsi qu'en 2017, j'ai travaillé avec des récupérateurs de déchets pour concevoir des abris pour chats errants et un jardin créatif pour la communauté locale de Peckham, dans le sud de Londres.

Le chercheur, le designer et les récupérateurs de déchets

Dans notre société contemporaine et post-industrielle, les causes et conséquences de la surconsommation soulignent clairement la nécessité d'engager un dialogue avec un éventail plus large de groupes sociaux concernant nos modes actuels de production, de consommation et de gestion des déchets. En explorant les rues de New Cross et de Peckham, où j'ai résidé pendant une année, j'ai été frappé par l'abondance de meubles et de matériaux abandonnés. Compte tenu de ces observations, de mai à août 2017, je me suis plongé dans deux projets urbains où les résidents ont ingénieusement réutilisé des déchets pour résoudre les problèmes locaux de leur quartier. En tant que chercheur social, j'ai d'abord interrogé ces récupérateurs de déchets, documentant et analysant leur travail, puis en tant que designer social, j'ai contribué à améliorer leur projet grâce à des interventions à petite échelle dans le cadre d'un processus décisionnel collaboratif.

Dans le premier cas d'étude, j'ai créé des refuges pour un groupe de chats errants après avoir entrevu Shirley, une femme dévouée pour qui les chats étaient une véritable passion. Après avoir identifié ses défis, j'ai collecté des matériaux dans les rues de Peckham pour créer des abris, des zones de repas et un espace de stockage pour leurs besoins. Parallèlement, dans une autre partie de Peckham, à seulement quinze minutes à pied, j'ai travaillé avec Margit de Peckham Bird, qui décorait son jardin avec des objets trouvés, surprenant ses voisins. En utilisant ce deuxième exemple, j'ai animé une activité éducative et spéculative où huit participants ont imaginé à quoi pourrait ressembler leur propre jardin en utilisant des matériaux réutilisés et des objets trouvés.

 

À Barcelone, j'ai exploré la valeur des murs et, plus largement, celle de nos environnements urbains, en échangeant avec des personnes sans-abri, tandis qu'à Londres, j'ai découvert la valeur des objets abandonnés en dialoguant avec des récupérateurs de déchets, deux groupes souvent mal compris. Mon rôle en tant que designer a subi une transformation significative. En intégrant la collaboration dès les premières étapes, j'ai pu effacer les traces d'asymétrie dans les relations chercheur-chercheur avec les récupérateurs de déchets. Mon rôle a ensuite évolué, passant de l'ethnographe au designer, puis du résolveur de problèmes au découvreur de problèmes selon les études de cas, un processus qui m'a rappelé l'importance de l'artefact lorsqu'il devait être à la fois fonctionnel et communicatif, car résoudre un problème diffère d'en communiquer un. Enfin, j'ai mené des recherches sur la pratique de la réutilisation dans des livres, mais surtout, je suis devenu moi-même un récupérateur de déchets. Les designers privilégient souvent le savoir-faire à la réflexion intellectuelle, tandis que les chercheurs sociaux pourraient consacrer un article entier à des expériences insignifiantes. J'ai dû trouver le bon équilibre entre ces approches.

Where to find waste materials in Peckham?

Do-it-yourselfers’ possible scopes of action.

Artistes et designers réutilisent des objets

Pour situer ces deux projets dans un contexte plus large, j'ai commencé par explorer comment l'acte de réutiliser a été interprété au cours du dernier siècle par certains artistes, designers et gens ordinaires. Avec l'avènement des sociétés industrielles, le mouvement artistique d'avant-garde a développé des techniques d'assemblage pour déconstruire, juxtaposer et restructurer des objets. Marcel Duchamp a poussé le concept d'objet trouvé en utilisant des articles de la vie quotidienne non altérés pour créer sa série de ready-made, les transformant ainsi en œuvres d'art en altérant leur fonction et leur contexte. Ce processus de réappropriation a intégré les objets trouvés de différentes manières, adoptant une approche conceptuelle ludique et provocatrice tout en suscitant une réflexion sur leurs propriétés associatives. Dans les années soixante, Lawrence Alloway a exploré les pratiques urbaines de la "culture de la récupération", où les matériaux jetés des villes constituaient la source d'inspiration des artistes. Selon lui, ce qui semblait sans valeur pour certaines personnes pouvait devenir un trésor pour d'autres, car les objets peuvent évoluer de biens à possessions, et finalement, en tant que déchets, ils peuvent redevenir précieux et accessibles pour un nouvel usage.

Dans le domaine du design, la croissance des déchets est le résultat d'une conception non durable, qui favorise la croissance économique au détriment de la santé humaine et de l'écologie. Cette réalité a incité certains fabricants et collectifs de design depuis les années soixante à remettre en question de manière critique la relation entre les utilisateurs, les objets et leurs contextes sociaux. Du tabouret Mezzadro des frères Castiglioni à La pieza T300 de Curro Claret ou aux 100 chaises en 100 jours de Martino Gamper, la réutilisation des composants d'objets pour transformer des formes traditionnelles vise à encourager les utilisateurs à repenser leur rapport à la matérialité. Malgré l'importance croissante de la durabilité de nos jours, le monde du design demeure souvent un ardent défenseur de la consommation et du matérialisme, une tendance déjà dénoncée par Victor Papanek comme une "culture Kleenex" dans les années quatre-vingt. De plus, la division politique entre les concepteurs et les utilisateurs impose souvent la vision des experts comme la seule valable, ce qui limite la diffusion de pratiques alternatives qui pourraient enrichir notre compréhension de l'utilisation des objets.

Examples of repurposed objects when walking in the streets of Peckham.

Des gens ordinaires réutilisent des objets

Si le glanage est d’un autre âge, le geste est inchangé dans notre société qui mange à satiété. Glaneurs agricoles ou urbains, ils se baissent pour ramasser. Y’a pas de honte, y’a du tracas, du désarroi. 

Les glaneurs & la glaneuse Agnès Varda, 2000, min.2.45

 

Dans les sociétés préindustrielles, la réutilisation d'objets était courante, et c'est avec l'avènement des innovations technologiques et des comportements de gaspillage que la réutilisation est devenue une pratique socialement marginalisée, souvent associée à un statut économique et social inférieur. Cependant, en 1962, Claude Lévi-Strauss a défini le bricoleur comme une personne ordinaire qui s'engage dans de petits travaux, collectant et réarrangeant des matériaux à portée de main, une personne qui se projette dans son travail. Charles Jencks a introduit l'idée d'« ad-hocisme » en 1968 comme un assemblage innovant de ressources matérielles déjà disponibles, pour atteindre un objectif spécifique avec immédiateté et efficacité. Cette approche offre un accès au processus de conception à tous ceux qui utilisent les outils et les matériaux à leur disposition pour créer de nouvelles solutions. La réutilisation permet ainsi à chaque objet de servir à plusieurs fins, ouvrant la voie à de nouveaux récits d'utilisation.

La sensibilité ad-hociste favorisait l'improvisation et les comportements spontanés, mais à partir des années 1970, la reconversion des objets est devenue de plus en plus une pratique planifiée. C'est ainsi que le mouvement Do-It-Yourself (DIY) a gagné en importance, offrant aux consommateurs un pouvoir informationnel sur la création intuitive de leurs propres objets. Aujourd'hui, avec l'avènement d'Internet, le DIY est devenu un mode de vie, où la création apporte un sentiment de sens et d'accomplissement. Bien que la modernité ait rendu invisibles les processus de bricolage, ces connaissances enfouies, issues de pratiques désordonnées et collaboratives, n'ont jamais complètement disparu. À travers l'Europe, Vladimir Arkhipov a rencontré différents inventeurs de solutions ad hoc à des problèmes pratiques quotidiens, qui cherchaient à économiser de l'argent, à répondre à des besoins ou à exprimer leur créativité. Ces exemples de débrouillardise humaine à travers les objets sont présents dans de nombreuses communautés, des zones hippies aux contextes de guerre ou de pénurie. Ainsi, la réutilisation peut être planifiée ou, de façon plus intéressante, non intentionnelle, comme lorsque Brandes et al. (2009) ont observé des personnes de toutes classes sociales, spontanément motivées à utiliser des objets pour un objectif différent que leur usage initial, leur permettant de résoudre des problèmes de circonstances sans nécessiter de nouvelle conception.

Ce qui semble sans valeur pour certains peut devenir un trésor pour d'autres

Les maisons pour chats errants

Inspiré par ces trajectoires et inventaires, je me suis lancé à la recherche d'exemples concrets de réutilisation urbaine dans mon quartier. Je me souviens notamment d'une garderie utilisant des pneus comme jardinières, d'un jardin communautaire réutilisant des bouteilles en plastique pour effrayer les oiseaux, ou encore de commerçants employant des palettes en plastique pour présenter leurs fruits et légumes. En traquant les traces de déchets à travers Peckham, j'ai découvert une colonie de chats semi-sauvages établie autour de petites maisons dans une zone verte cachée entre la rue Rye Lane et un parking. Ces maisons étaient fabriquées à partir d'une variété de matériaux, offrant aux chats un abri sûr contre le vent et la pluie. J'ai remarqué une maison à chat remplissant sa fonction, ainsi que la réutilisation d'un vieux tiroir, de deux boîtes en polystyrène, d'un panier pour chien en mauvais état et même d'une structure recouverte d'une bâche bleue, le tout utilisé pour le confort des félins. Intrigué, j'ai immédiatement voulu en apprendre davantage sur ces fabricants anonymes capables de transformer cet espace urbain.

Deux agents de sécurité m'ont informé que les chats étaient nourris tous les matins vers 9 heures, ce qui m'a permis de rencontrer Shirley, une Britannique à la retraite en fauteuil roulant, prête à discuter de ses intentions. Pendant notre entretien, elle avait l'aisance d'une professionnelle du design, abordant avec précision les besoins des animaux. Shirley était accompagnée de Maureen, une autre bénévole, et ensemble, elles prenaient soin des chats matin et soir, malgré les défis liés aux conditions météorologiques et à l'attitude parfois indisciplinée des passants. Elles recevaient également le soutien d'une association de protection des animaux, ainsi que celui des voisins, commerçants et balayeurs de rue, qui contribuaient à la construction d'abris pour les chats avec les ressources disponibles. Shirley a expliqué : "Cette clôture ici provient d'un des magasins, et ils ont fait un trou pour que les chats aient une voie de sortie. Parce que certaines personnes lâchent des chiens pour chasser les chats [...]. Et aussi à l'intérieur, il y a un appentis pour que les chats aient un endroit pour se protéger de la pluie et du vent". Le conseil de Southwark autorisa le project en demandant que l'espace ne soit pas transformé en jardin animalier, montrant comment les pratiques personnelles en milieu urbain doivent répondre aux attentes de toutes les parties prenantes.

 

Le projet débuta il y a dix-sept ans lorsque Shirley se rendait au travail et commença à nourrir un seul chat affamé, rassemblant progressivement trente-six chats, dont beaucoup avaient été abandonnés par des commerçants locaux. Shirley, qui n'a jamais été fortunée, a toujours privilégié la réutilisation des objets trouvés, suivant le principe selon lequel "rien ne devrait être jeté sans raison". Elle souligne que le projet s'est développé de manière improvisée, en utilisant ce que les gens jetaient ou en attendant l'apparition de solutions adaptées pour les chats. Grâce à son expérience en soins aux animaux, Shirley prend des précautions telles que protéger des bords tranchants avec du ruban adhésif, sachant que les chats sont curieux et aiment grimper sur les abris. Elle privilégie les matériaux en bois car ils sont plus sûrs et faciles à trouver, tout en insistant sur la nécessité de faire attention à toute nouvelle idée pour éviter de susciter l'attention du conseil.

Après l'entretien, je suis passé de l'ethnographe au designer en offrant spontanément mon aide pour résoudre certains des défis discutés, établissant ainsi une relation de confiance. M'engageant à venir au moins deux fois par semaine, j'ai montré que mes intentions dépassaient le cadre de la recherche. Fin mai, lors de l'inspection du parking, les propriétaires ont décidé de nettoyer la zone en taillant les buissons qui servaient d'abri aux chats. Shirley et Maureen en ont profité pour retirer certaines des maisons, car plusieurs étaient en fin de vie à cause de la saleté et l'humidité. Elles étaient ravies de voir que j'avais fait mes devoirs en examinant mes croquis et en validant mes intentions, tout en veillant à ce que les problèmes identifiés leur appartiennent vraiment et que les décisions prises leur soient transmises, anticipant ainsi d'éventuelles contraintes. Cette ouverture dans la co-conception a facilité une communication équitable, un apprentissage mutuel et un sentiment de responsabilité partagée pour le lieu.

Photographies de la première fois où j'ai rencontré les chats.

Le trou dans la clôture, mentionné pendant l'entretien.

Avant et après la taille des buissons.

Le jardin créatif

En ce début de juin, pendant mes balades régulières entre New Cross et Peckham pour rendre visite à Shirley et Maureen, j'ai fait une découverte inattendue : un petit jardin rempli de meubles réutilisés. La vision d'une bibliothèque fabriquée à partir d'une enceinte en bois et d'un tableau noir fait main a piqué ma curiosité, me poussant à rencontrer Margit, une illustratrice originaire d'Eindhoven. Au fil du temps, elle a métamorphosé son jardin en un lieu créatif perçu comme sacré par la plupart de ses voisins. Lors de notre entretien, nous avons évoqué ses expériences passées dans la réutilisation de matériaux bruts, sa quête incessante d'authenticité et son désir sincère d'inviter les gens dans son jardin, transformant ainsi un espace privé en une sorte d'espace communautaire. Pour Margit, l'acte de réutilisation était une manière de transmettre son identité personnelle et de reconnaître la valeur et la beauté là où d'autres ne les voient plus.

Le projet de Margit a commencé par le retrait d'une "énorme plante" obstruant la lumière de son salon, avec l'aide d'un passant inconnu. Une semaine plus tard, nécessitant à nouveau son aide, elle a affiché un panneau dans son jardin : "Si c'était vous qui nous avez aidés, veuillez nous contacter. Nous avons un autre travail pour vous. Glissez votre téléphone portable dans la boîte aux lettres". À sa grande surprise, de nombreux voisins se sont portés volontaires, confirmant que les gens "lisaient vraiment cela". Encouragée par ces réactions positives, elle a commencé à écrire un message chaque matin sur un tableau noir, influençant l'humeur du quartier et favorisant un sentiment d'appartenance à une communauté et à un espace. Ce tableau est devenu un "miroir du monde", recueillant des expériences positives et invitant à une réflexion critique sur la réalité quotidienne. Au fil du temps, les réactions ont été variées, allant d'un prêtre venant lui dire qu'elle "rehaussait le moral de Peckham", ou celle d'une dame révélant qu'elle "ne serait pas en vie si ce n'était pas pour le tableau". Ces échanges ont renforcé les liens sociaux, inspiré par l'originalité de son jardin, encourageant Margit à poursuivre ses explorations créatives.

Contrairement au premier cas d'étude, le projet de Margit ne posait pas de défis majeurs à résoudre et je n'étais pas indispensable. Cependant, étant donné son ouverture aux nouvelles idées, mon rôle a évolué, passant d'un designer résolvant des défis pour les abris des chats errants à celui d'un facilitateur de réflexion pour son jardin avant. Au-delà de la nécessité, la réutilisation des matériaux ici semblait être le choix esthétique d'une collectionneuse visant à "créer une atmosphère plus chaleureuse et plus intime en évitant des matériaux synthétiques". Les récupérateurs de déchets se distinguent par leur accès limité aux biens, comme dans le cas des abris des chats des rues, ou par leur rejet délibéré des produits industriels, comme dans le cas du jardin avant. Alors qu'une étude de cas visait à économiser de l'argent, l'autre était guidé par l'aspiration à l'originalité et à l'authenticité de Margit, dans le but de renforcer le sentiment de communauté.

Photographies de la première fois où j'ai découvert le jardin avant.

Du résolveur de problèmes au chercheur de problèmes

Les designers ont cette capacité unique de donner vie à des idées en observant attentivement, en écoutant et en apprenant des personnes avec lesquelles ils collaborent qui, par ailleurs, sont des chercheurs à part entière, capables d'identifier, de formaliser et de résoudre des problèmes par eux-mêmes. Lorsque Shirley et Maureen m'ont sollicité pour déplacer les maisons des chats contre le mur, et pour transformer une boîte pour lapin en un espace repas, notre relation a évolué. À partir de là, j'ai pu entreprendre des initiatives plus audacieuses, comme transformer une enceinte en une maison solide et confortable, en suivant la pensée ad-hociste et en conservant la forme primaire de l'objet trouvé. Par la suite, j'ai conçu une maison imperméable en utilisant des palettes de bois et du polystyrène expansé récupéré dans les rues de Peckham, en adoptant une approche DIY et en planifiant chaque étape de fabrication avec soin.

Dans le premier cas, lorsque l'enceinte est apparue soudainement dans un coin, j'ai dû réfléchir rapidement à son potentiel d'utilité pour les chats, tandis que dans le deuxième cas, l'idée délibérée de construire une maison est venue avant la recherche de matériaux appropriés, nécessitant une considération des dimensions, de la qualité et du poids. Les individus expriment leur identité et leurs idées à travers les matériaux qu'ils réutilisent, les stratégies qu'ils utilisent lors du processus de fabrication, ainsi que la structure finale et l'apparence de leurs objets. Alors que j'avais initialement pensé à l'enceinte comme une maison idéale pour les chats, deux hommes ont suggéré : "Hé mec, maintenant tu pourrais l'utiliser pour mettre des bières à l'intérieur !" Cette ambiguïté associative m'a montré une fois de plus comment, en tant qu'utilisateurs, nous interprétons différemment les fonctions possibles d'un objet.

Observer comment les chats utilisaient les maisons m'a permis de comprendre comment les améliorer. J'ai remarqué qu'ils dormaient à l'intérieur, se reposaient sur les toits et mangeaient dans les zones désignées mais, de manière inattendue, ils ont utilisé le polystyrène pour se gratter, ce qui m'a donné des idées pour des améliorations futures. Bien que les chats semblaient satisfaits, Shirley et Maureen étaient préoccupées par des personnes non autorisés qui volaient la nourriture stockée dans une vieille boîte en polystyrène. Pour résoudre ce problème, j'ai associé une chaise à une boîte équipé d'un verrou de sécurité pour dissuader les voleurs. L'élévation de la chaise a permis à Shirley d'accéder facilement au stockage de nourriture depuis son fauteuil roulant.

La deuxième demande d'amélioration consistait à remplacer deux zones de nourrissage sales. Alors que le premier remplacement était simple, nécessitant la réutilisation d'une boîte en plastique solide, le second posait un défi car il fallait placer trois plats pour chats dans des dimensions spécifiques. Convaincu qu'une structure en palette plastique serait solide et adaptée, j'ai négligé de vérifier si elle correspondait aux attentes des dames. Malheureusement, la structure s'est avérée instable, peu pratique et dangereuse pour les animaux, ce qui a poussé Shirley à la retirer le même jour, affirmant qu'elle était "plus à pied de cheval que la municipalité". Pour remédier à la situation, j'ai trouvé un tiroir en bois et effectué quelques ajustements avant de le recouvrir d'une bâche. Cet incident a mis en lumière les différentes perspectives parmi les acteurs socio-techniques concernant précautions et risques, soulignant une fois de plus la valeur du travail collaboratif.

Dans le premier cas d'étude, la discrétion était de mise, tandis que le second visait à attirer l'attention. J'ai ainsi convié huit résidents de New Cross et Peckham à participer à une séance d'une demi-heure où ils devaient imaginer l'aménagement de leur propre jardin avant, en utilisant des matériaux recyclés et en impliquant les voisins, suivant l'exemple de Margit. Chaque participant a choisi des photos de matériaux recyclés que j'avais prises lors de mes promenades à Peckham, puis esquissé l'apparence de leur jardin idéal, spécifiant les motifs sur des appareils en carton recyclé. En tant qu'ethnographe, j'ai guidé leur processus créatif en mettant l'accent sur le "comment" et le "pourquoi" de leurs idées, tandis qu'en tant que designer, j'ai évalué la faisabilité de leurs projets. Les résultats ont mis en lumière leurs préférences, intentions et la praticabilité des éléments envisagés. En présentant ces résultats à Margit sous forme de dossier, j'ai offert une représentation visuelle des potentiels mondes et identités. Elle a été émue par ce geste, un "cadeau inspirant", qui l'a encouragée à persévérer dans cette révolution de consciences qu'elle a initiée depuis son jardin créatif.

Réutiliser demain

Les choses qui sont jetées ou perdues nous en disent autant sur le passé que bon nombre de celles soigneusement préservées pour la postérité. Les objets banals du quotidien, abandonnés depuis longtemps comme des déchets, peuvent raconter parmi les histoires les plus importantes de toute l'histoire humaine. Une histoire du monde en 100 objets, Neil MacGregor, 2012, p.22.

 

À la fin d'août 2017, les deux projets ont persisté à résoudre des problèmes locaux dans leurs quartiers respectifs de Peckham : l'un répondant aux besoins des chats tandis que l'autre améliorant le moral des voisins de quartier. Les initiateurs de ces projets ont plaidé en faveur d'une pratique de réutilisation remettant en question les normes de conception établies, soulignant ainsi l'importance de leurs voix en tant qu'alternative valable d'auto-suffisance. Il est important de noter qu'aucun de ces projets n'était planifié à l'avance ; ils ont évolué à partir d'improvisations, les initiateurs gagnant en expertise au fil de leurs expériences quotidiennes. Mon rôle en tant qu'ethnographe, à observer, interviewer et documenter le processus a complété mon rôle de designer, résolvant des problèmes et suscitant des réflexions, dans une symbiose où théorie et pratique se nourrissent mutuellement, dans un projet qui rend hommage au travail remarquable de ces femmes.

Il y a deux points essentiels que je souhaite souligner concernant la pratique de la réutilisation des matériaux recyclés. Tout d'abord, la relation symbiotique entre ceux qui récupèrent les déchets et ceux qui les rejettent continuera d'exister à mesure que le capitalisme nous entraîne vers une crise environnementale mondiale. Avec l'augmentation des mesures d'austérité, des inégalités sociales, des déplacements de réfugiés et de la concurrence croissante pour les ressources naturelles, de telles dynamiques pourraient s'aggraver dans les décennies à venir, laissant certains sans autre choix que de fabriquer elles-mêmes des objets et structures. Deuxièmement, la production industrielle actuelle rend plus difficile le démontage, la réparation ou la réutilisation de nombreux produits en raison de leur complexité de fabrication. Dans ce contexte, où les produits manquent de personnalisation et d'attachement émotionnel, les gens rechercheront une plus grande authenticité et exploreront des pratiques alternatives. En un sens, ces deux réflexions sont des prolongements des directions prises par chaque étude de cas, avec le potentiel, du local au global, de remodeler le dialogue et d'organiser de nouveaux cadres d'action.

Cadeaux de Shirley, Maureen et Margit après leur avoir offert mon rapport de recherche.

bottom of page