Histoires de Pékin

Un oeil qui peint une page du temps

Le projet présente dix histoires qui racontent une relation intime entre un étranger et la ville de Pékin. Chaque histoire explore un thème qui permet à l'individu de retrouver une certaine paix intérieure au sein d'une ville moderne accélérée, surpeuplée et multi-sensorielle. Chaque thème se déroule dans un espace urbain spécifique de Pékin, enregistrant des sons et des images en mouvement pour faire une vidéo de deux minutes, constituant ainsi une base pour une poésie écrite en anglais, traduite et lue en chinois. Toute la série propose une évolution de l'expérience personnelle de l'individu dans la ville, invitant tout spectateur à se remémorer à son tour ses propres souvenirs du quotidien dans le paysage urbain.

Si vous êtes en Chine, veuillez activer votre VPN pour regarder cette vidéo.

Le court métrage a retracé la condition personnelle de cet énigmatique étranger qui cherche à s’adapter à la vie mouvementée de la ville, se réinventant dans des lieux et des expériences, tandis que la ville se recrée à son tour à travers ses sens. Il devient ainsi un flâneur Baudelairien d'une ère postmoderne ; un poète solitaire d'un œil attentif qui marche sans but précis dans les rues de Pékin, produisant des récits esthétiques d'après des détails locaux. En tant qu'empiriste, son corps s'est vu pris par la vivacité contrastée de la ville avant d'analyser et représenter d'un moyen audiovisuel son expérience personnelle. Bien que le projet aboutisse à un résultat artistique, chaque histoire a mis en valeur des sujets de recherche qui mériteraient d’être approfondis ainsi que les contextes sociaux et culturels dans lesquels ils sont établis. De son côté, la traductrice chinoise a redécouvert sa propre culture et sa ville à travers des images et des textes embellis par l'auteur étranger, retraçant la forme d'échange mis en valeur par les fondations culturelles et les écoles de langues (*) lorsqu'elles créent des liens entre les individus. Enfin, une analogie pourrait s'établir entre les premières impressions d'un étranger vivant à Pékin et celles d'un chinois vivant dans une ville occidentale. Dans tel contexte, il est de notre devoir de préserver la richesse de l'identité de chaque culture face au processus d'homogénéisation accéléré par la mondialisation.

(*) Projet commandé par la Fundazione Italia Cina.

Publié: 3 février 2018