top of page
IMG_5762.JPG

De l'extérieur vers
d'autres fenêtres

Phase 1

Lorsque André Vicente Gonçalves entreprit son projet photographique « Fenêtres du monde » en 2009, il examina non seulement les formes des fenêtres mais aussi tout ce qui les entourait : matériaux, couleurs, balcons, détails architecturaux, jardinières, rideaux, objets, démontrant que les fenêtres d'une même ville partagent de nombreux éléments similaires. Ce que l'artiste et le spectateur ignorent, pour des raisons évidentes, c'est ce qui se passe à l'intérieur de ces espaces. Même après avoir vécu dans un immeuble pendant des années, on se familiarise avec ses voisins, se demandant qui ils sont vraiment et faisant des suppositions sur leur mode de vie. 

Durant les premiers mois de la crise du Covid-19, tout en déambulant dans les ruelles de la résidence, j'ai pris de nombreuses photographies de fenêtres, en accordant une attention particulière à l'architecture en plein jour et à la vie sociale la nuit. Les éléments décoratifs tels que des lanternes rouges ou des autocollants rouges avec le caractère 福 (fú), symbole de bonne fortune, servent d'évidences visuelles de la culture du pays. Cependant, comme la plupart des fenêtres n'avaient pas de rideaux, des préoccupations éthiques ont surgi quant à savoir si je devais envahir la vie privée des gens en photographiant leurs fenêtres de manière intrusive, sans leur consentement. Par conséquent, pour le bien du projet, je me suis contenté des lumières et des quelques objets placés près des fenêtres plutôt que des individus dans des situations compromettantes. De plus, j'ai souvent remarqué qu'au milieu de la multitude de fenêtres, le contraste entre les lumières froides et chaudes mélangées à l'obscurité de la nuit évoquait un sentiment de magie et d'insignifiance devant une telle présence de vie. Ces lumières sont à contempler comme des compositions artistiques qui peuvent nous laisser imaginer une famille qui dîne, un père qui raconte une histoire à sa fille, des gens faisant du sport, un couple devant la télé ou faisant l’amour. Une pièce éclairée peut cacher des possibilités infinies qui n'ont pas nécessairement besoin d'être vues, mais imaginées.

bottom of page